Alors, bientôt immortel(le)s ?

Hier soir, sur France 2, dans Envoyé Spécial, est passé un reportage sur le possible fort allongement de la vie que notre siècle va connaître, voire même, la potentialité d’une possible immortalité de l’Homme à échéance plus ou moins lointaine. Je ne m’arrêterai pas sur le côté « vive les illuminés » du reportage qui souffre de cette ambivalence propre à beaucoup d’entre nous sur le sujet. Dire qu’un jour, nous pourrions être immortels fait trop souvent rire, ou fait dire que « c’est impossible », hop, balayant tout ça d’un revers de la main, plein d’un scepticisme gêné. Et pourtant …

Pour ma part, la question me passionne depuis bien longtemps, parce que, je dois vous faire un aveu, personnellement, mourir ça ne me fait pas rêver. Alors je n’accepte pas ce discours nous faisant croire qu’il FAUT mourir. Bah oui. Pourquoi faudrait-il mourir ? Mourir rend toute réalisation vaine. Tu blogues ? Tu meurs. Tu ne blogues pas ? Tu meurs aussi. T’es con ? Tu meurs. T’es TRES con ? Tu meurs aussi. Tu chausses du 43 ? Tu meurs. Du 38 ? Tu meurs aussi. Mourir est la chose la plus idiote qui puisse nous arriver. Certains voient dans la mort une forme d’égalité suprême puisque c’est un fait, tout le monde meurt. C’est vrai, mais est-ce pour autant une chose juste et nécessaire ? En réalité, nous sommes tous victimes de notre culture héritée des religions. Car s’il y a bien un point commun entre toutes les religions, c’est qu’elles se construisent autour de notre mort. La mort impose la métaphysique à l’Homme. Que devient-on après ? Le simple fait de se poser la question montre à quel point mourir n’est pas aussi évident qu’on le croit. Alors l’Homme a créé Dieu ou le Destin, comme paravent au néant et au non-sens de son existence. Bref, c’est assez pathétique.

Alors, deviendrons nous immortel(le)s ? Pour ma part, j’en suis convaincu. C’est une question de décennies je pense avant d’avoir les techniques suffisamment au point pour retarder ad vitam aeternam l’échéance fatale. On nous remplacera les organes déficients par des organes neufs générés à partir de nos propres cellules souches, des nano-robots serviront de soldats à l’intérieur de notre organisme pour contrer les infections et autres maladies. Nous serons modifiés génétiquement pour être plus performants, plus forts, plus résistants, …

Ça vous effraie ? La question n’est pas de savoir si ça arrivera puisque ça arrivera. Quand ? Là non plus, la question n’est pas là. La vraie question qui mérite beaucoup de réflexion et beaucoup de travail de la part de tous les corps scientifiques du monde entier est : comment faire pour faire accepter cette révolution gigantesque à nos sociétés ? Comment adapter notre monde à ce monde de demain fait de gens qui ne meurent plus ? Les questions sont de tous ordres, les réponses à apporter aussi : démographie, philosophie, économie, écologie, …. Plus vite on s’y préparera , plus facile sera la transition vers une nouvelle ère de l’humanité. Le temps paraît être la contrainte ultime à l’échelle de l’individu. Supprimer la mort, c’est supprimer cette contrainte, sans parler des souffrances liées à la vieillesse et à la mort.

Bien sûr, ce n’est pas en quelques lignes sur ce blog, que l’on va pouvoir faire le tour de cette immense question. J’y reviendrai prochainement de manière plus complète, certainement sous la forme d’un dossier consacré à cette thématique. En attendant, je vous propose de voir le reportage diffusé hier soir, à défaut de mieux et en attendant le meilleur….

Source : France 2

Author: Matthieu

Share This Post On

23 Comments

  1. J’ai vu le reportage. A aucun moment je n’ai vu un argument en faveur de l’immortalité humaine. On a bien vu des scientifiques dire qu’un jour se sera possible, mais ils n’ont pas dit comment. On a bien eu quelques images sur ces nanorobots comme tu l’as cité. Par contre on y voit des scientifiques plutôt âgés, occidentaux, donc à fortiori de culture chrétienne, qui dans cette culture, place la mort comme une fin, dont le seul soulagement est l’hypothétique vie après la mort. bref on a vu des gens qui ne parlaient pas de science et qui avait foi dans l’immortalité comme d’autres ont foi dans la vie après la mort.

    D’ailleurs le reportage c’est très vite orienté sur les prédispositions génétiques dans les maladies, ce qui est totalement autre chose. Et tu pourras remplacer autant d’organe que tu veux, tu ne remplaceras pas ton cerveau, qui vieillit, et dont sa configuration est « plus due à ton passé », qu’à un modelage génétique.

    Car si l’homme meurt, ce n’est pas à cause de la maladie, qui est un accident. Sa mortalité est inscrite génétiquement par la configuration linéaire de ses chromosomes.

    A vrai dire, si je comprends qu’on est peur de la mort, et que l’on souhaite ne pas mourir et vivre le plus longtemps possible (après tout certaines tortues vivent bien 300 ans, et certains arbres plus de 1000 ans), je ne comprends pas ce désir avec raison de l’immortalité.

    Après tout si on vit c’est que d’autres sont morts. Et à notre tour en mourant nous permettons à la vie de continuer. Le cycle de la vie existe, ce n’est pas uniquement dans le Roi Lion. On participe ainsi à un cycle de se poursuivre à la venue de nouveaux individus qui apportent des innovations génétiques à leur espèce, les espèces qui assurent la diversité de la représentation de la vie sur Terre, cette diversité qui assure la pérennité de la vie terrestre, la plus belle application physico-chimique, qui jusqu’à preuve du contraire, est unique dans notre vaste univers.

    Alors au final si on regarde les choses avec l’optique que je viens de définir, on se rend compte qu’il est possible de croire ce que prêchent toutes les religions avec une certaine logique :
    la vie après la mort existe bien
    l’âme est immortelle.

    Post a Reply
  2. Ton regard sur l’Homme est purement biologique. L’Homme n’est visiblement pas un animal comme les autres. La question de « pourquoi mourir », reste entière à l’échelle de l’individu. Tu auras du mal à me faire admettre que c’est dans mon intérêt de mourir.
    Quand au vieillissement du cerveau, actuellement, il est plus que relatif. On meurt rarement de son cerveau. Et les désagréments liés à l’âge de type Alzheimer, seront me semble-t’il, potentiellement effaçables par les avancées médicales. Et c’est justement ce cerveau effectivement, qui fait qu’on n’est pas seulement du génétique. Mais en prenant la vieillesse comme une maladie dégénérative et le corps comme une machine, il y a toutes les raisons d’envisager comme possible, un jour, la fin de la mort de vieillesse.

    Post a Reply
  3. Petite question concernant la biologie, as-tu quelques connaissances?
    Un scientifique se pose énormément de question sur ce qu’il cherche avant même d’entreprendre de créer un protocole pour répondre à la question biologique de départ, il faut penser aux problèmes éthiques que cela peut générer et c’est bien en ça que réside le plus grand des problèmes dans ton raisonnement… de plus, mourir est nécessaire, on est déjà 6 milliards de mortel et la planète en souffre (quelle peste cet être humain…) je n’ose imaginer si personne ne meurt (enfin, si « personne » dans les pays riches car on sait tout deux très bien qui bénéficiera de ce traitement… pour ma part, avant de chercher à être immortel, cherchons à donner une vie plus longues et heureuses aux enfants des pays pauvres) tu crois que l’on peut tout contrôler? (la place pour accueillir autant d’individus vivants? concernant leur travail? comment choisir de rémunérer quelqu’un? tu veux travailler infiniment dans le même métier? une régulation dans la naissance des bébés? où trouver les ressources suffisantes pour subvenir à nos besoin? en eau? nourriture? aoutch…) admettons que l’on puisse tout contrôler, mais pour cela, le temps nous est nécessaire et il manque cruellement 😉
    Regarde « Gattaca » de Andrew Niccol, tu pourras y découvrir d’autres problèmes 😉

    Comme tu l’as dit en parlant des religions, plus précisément, de la vie après la mort, c’est ça qui fait que l’homme vit une vie morale, la plus juste possible, François René de Chateaubriand disait même « C’est par la mort que la morale est entrée dans la vie. »

    Et pour conclure, je citerai Maurice Genevoix « C’est la présence de la mort qui donne un sens à la vie. »

    Post a Reply
    • Crois-tu,kamaya, que cette question d’éthique intéresse, disons plutôt, qu’elle est respectée par tous les chercheurs? Moi je dis que non! Et c’est bien là le problème! Ensuite ton raisonnement est correcte, le fait que nous sommes mortels, est certainement dû au fait que nous sommes déjà bien assez sur cette planète! La mort a en soi un rôle de régulateur, et c’est pareil pour toutes les espèces! Une des plus grandes preuves est sans doute cette polémique qu’il y a eu en afrique, lorsque des éleveurs de Koudou ont été victimes de la mort soudaine de beaucoup de leurs bêtes en trop peu de temps! Le responsable: l’accacia! Grandeur de la nature!!! La proportion de Koudou était trop élevée par rapport à celles des accacias(principale nourriture des Koudous). Alors ces accacias ont augmenté le taux de tanin(il le fait automatiquement lorsque un végétarien vient se nourrir, c’est pour cela qu’après 10 min l’animal change d’arbre car le goût de ces feuilles a déjà changé du fait de l’augmentation du taux de tanin) contenu dans les feuilles qui est devenu mortel pour les Koudous! N’est-ce pas là un bel exemple de la loi de la nature? De la force qu’elle peut avoir? Qui nous dit qu’elle ne se retournera pas contre nous, si on continue ainsi avec tous ces progrès? Les éleveurs se croyaient malains d’élever plus de bétails dans une surface plus petites que la nature ne tolèrent. Et bien ils ont échoués!Ils ont du établir des normes préscivant ne pas avoir plus d’une bête par hectar ou quelque chose comme ça. Néanmoins la nature est intervenue pour son propre bien!

      Post a Reply
  4. @Kamaya :
    Les questions que tu poses sont assurément les bonnes. En parlant d’immortalité on touche à bien plus que la biologie. Effectivement, comme je le laissais entrevoir dans mon billet, la question de la démographie et de l’écologie est au cœur du problème. Il faudra probablement limiter (stopper ?) notre croissance démographique.
    Concernant la côté éthique de la chose, il est évident que dans un premier temps (qui sera peut-être long), l’accès à ce type de perspective sera profondément injuste car conditionné par la richesse des individus. Mais est-ce pour autant une raison suffisante pour ne pas poursuivre ces recherches ? Toutes les grandes découvertes scientifiques ont entraîné leurs lots de méfiance, de défiances et leurs vraies problématiques.
    Quant aux questions philosophiques et métaphysiques que cela soulève, je ne suis pas d’accord avec Maurice Genevoix. La mort oblige l’Homme à faire des choix car son temps est limité. En ce sens, on pourrait dire que la mort donne un sens à la vie. Mais pour ma part, je trouve que la mort rend les choses vaines. Quoi que l’on choisisse de faire ou de ne pas faire, au jour de notre mort, tout s’arrête pour soi.
    Mais il est certain que ne plus être contraint par le temps soulève beaucoup de problème comme « comment fixer des priorités dans sa vie ? » par exemple.
    D’une manière générale, il y a deux échelles à distinguer dans les réflexions à mener sur ce sujet. L’échelle de l’individu et l’échelle de la société humaine. Les contraintes, les questions et les intérêts sont différents selon les échelles.
    Ce sujet est vraiment vaste et on ne peut pas faire comme si ça n’arrivera jamais. Quand bien même il n’y aurait que 5 % de probabilités pour que ça arrive, les conséquences seraient tellement importantes qu’on ne peut pas se permettre d’improviser le moment venu.
    Pour ce qui est de mes connaissances en biologies, elles sont toutes relatives. Notre ami Aristote en connait bien davantage. Mais j’essaierai d’être le plus complet et le plus objectif possible au sein du dossier que je publierai prochainement sur le sujet.

    N’hésite pas me contredire, cela créé du débat sur un sujet que je trouve passionnant. Au plaisir de te lire ….

    Post a Reply
  5. On va dire que l’immortalité est déjà étudiée…
    Les cellules cancéreuses sont dites immortelles, cela tient, en GROS, aux télomérases (ceux sont des enzymes).
    Il faut savoir que l’ADN eucaryote (dont notre ADN) est linéaire, lors de sa réplication (dédoublement pour passer d’une cellule mère à deux cellules filles), il y a un petit bout à l’extrémité qui est perdu lors de chaque réplication (dédoublement), pour contrer cette perte de donnée importante, l’astuce de la nature fut d’insérer à l’extrémité de cet ADN linéaire, une séquence répétée plusieurs fois… donc lors de la réplication, le petit bout perdu est un bout de cette séquence répétée ce qui n’a donc aucune conséquence sur les cellules.
    Les télomérases sont des enzymes qui permettent de « recopier » cette séquence afin de la « coller » plusieurs fois à l’extrémité pour compenser la perte de ce petit bout.. sauf que plus on vieillit, moins ces télomérases ne fonctionnent, il arrive un moment où, les télomérases ne fonctionnant plus, les pertes ne touchent plus les séquences répétées, celles ci ayant disparu, mais des zones « importantes » de l’ADN, les cellules meurent… (la vieillesse ^^). Dans les cancers, les télomérases restent activent, c’est à l’étude.
    Bon, c’est une explication vraiment simplifiée (pour que la plupart puissent comprendre) et le raisonnement aussi (parce on se doute bien que c’est un mécanisme bien plus complexe que les télomérases seules).

    Post a Reply
  6. Ouf! C’est long à lire tout ça!
    Alors tout d’abord, moi je suis d’accord avec mon collègue Matthieu sur le fait que l’immortalité est carrément réalisable. L’être humain moderne analyse les problèmes et les résout plus ou moins rapidement selon que les moyens techniques existent ou non. Ce n’est qu’une question de temps. De plus, en ce qui concerne le cerveau, sachant que l’on n’utilise que 5% de sa capacité, je ne doute pas qu’il soit capable de réaliser certaines prouesses que même les plus grands scientifique ne réussiront pas à expliquer avant bien longtemps…
    Sur ce point, je ne doute pas que vous soyez d’accord avec nous.

    Maintenant que la question de la possibilité est éludée. Reste le débat concernant les problèmes lorsque cela se produira (si on ne se prend pas une météorite ou quelques bombes H avant…).

    En lisant vos réponses, j’ai trouvé plusieurs choses intéressantes :
    – Certaines cultures ont pour (mauvaise?) habitude de procréer, procréer et procréer. Si ces cultures ne sont pas « maîtrisées » cela risque de finir en guerre totale. Un bémol tout de même : ce sont généralement des pays pas très riches donc peu de chance qu’ils soient les premiers à en profiter.
    – La mort, c’est la seule chose devant laquelle tous les Hommes sont obligés de passer. Les riches, les pauvres, les intellos, les blaireaux. La mort c’est une leçon d’humilité. Si il n’y a plus la mort, il n’y aura plus du tout d’humilité de la part de certains…
    – Quand est-il de ceux qui seront immortels mais qui deviendront déprimés car ils n’auront plus de buts dans la vie? Ils auront trop peur de se suicider et en même temps, ils passeront leur « vie » 🙂 dans un hôpital spécialisé à la charge du contribuable? Et pour les prisonnier à vie, on rétablit la peine de mort?
    – L’immortalité c’est un rêve de scientifique pour atteindre un jour la connaissance ultime (c’est bien pour ça que ça te passionne Matthieu) et ça, ça pourrait être chouette 🙂
    – Un autre problème, ça serait la pénuries de sang neuf, de nouveaux points de vue en cas de blocage des naissances. Finalement on ressasserait toujours les mêmes choses.

    Bon je crois que je me suis un peu enflammé mais c’est ça le débat non? 🙂

    Post a Reply
  7. Le principe de Guénairaldo

    L’homme ne deviendra pas immortel.

    Contrairement à la pensée de certains scientifiques, l’homme ne deviendra pas immortel dans un futur proche.
    Ce n’est pas la télomérase considérée comme la protéine de l’immortalité, ni la mutation de l’ADN, pas plus que les cellules souches, ni même la nanotechnologie, ou encore la biotechnologie et autres qui seront porteuses d’immortalité.

    Ce qui permet d’avancer l’absence d’immortalité, c’est que l’homme ne peut pas être régénéré perpétuellement à l’exemple d’une automobile à laquelle on change sans cesse les pièces usées pour qu’elle perdure indéfiniment.

    Lors de sa sortie de l’usine, l’automobile est terminée. Au cours de son utilisation elle s’use, et les pièces défaillantes sont remplacées par des neuves.
    Lors de sa sortie du ventre, l’homme n’est pas terminé. En effet il est incapable de marcher, de parler, n’a pas de dent, sa vue est très mauvaise, etc… Et c’est en grandissant, autrement dit en vieillissant, qu’il aquière tout cela, et on peut peut dire qu’à 18 ans il est fini. Et bien non pas encore, car à cet âge il n’a pas encore toutes ses dents de sagesse qui arrivent vers 23 ans ; il n’a pas encore toute sa virilité et sa force physique qui arrivent vers 40 ans, ainsi que toute sa sagesse qui ne cesse d’augmenter avec l’âge.

    Alors, à quel âge l’homme est-il fini à l’exemple d’une automobile qui sort de l’usine?
    Admettons qu’il soit fini vers 40 ans, et qu’on lui administre un de ces procédés d’immortalité qui vont rechanger chaque cellule de son corps, il vivrait éternellement à l’âge de 40 ans.
    Si un quelconque procédé peut empêcher l’homme de 40 ans de vieillir alors qu’on ne sait pas s’il est fini, cela voudrait dire que ces procédés arrêtent l’évolution du corps. Donc, ces procédés, qui arrêteraient le vieillissement d’un homme de 40 ans, pourraient agir de la sorte sur un homme de 20 ans, de 10 ans, ou d’1 an, et pourraient garder éternellement ces hommes aux âges de 20, 10 et 1 ans. En admettant que tel en soit le cas, un homme de 10 ans ne vieillirait plus.

    Mais alors, qu’est ce qui fait le vieillissement de l’esprit, si ce n’est les épreuves liées à l’écoulement du temps. L’esprit vieillit en fonction des expériences de la vie, plus le temps passe, plus les neurones se connectent entre eux, plus le cerveau se développe et plus l’esprit évolue. Alors si le corps ne vieilli plus, l’esprit continura à vieillir puisqu »il sera amener à vivre sans cesse des expériences.
    Donc, soit l’esprit ne viellit pas, c’est-à-dire qu’un homme de 10 ans gardera un esprit de 10 ans et ferait perpétuellement les mêmes erreurs, c’est-à-dire qu’il se brûlera éternellement la main en utilisant des allumettes ; soit l’esprit vieillit au fil des expériences, et on verra un homme de 10 ans avoir toute la maturité d’un homme de 40 ans, et donc aura les mêmes désirs que l’ensemble des hommes, à savoir vivre en couple, avoir des enfants, faire sa vie!

    Aussi, si une femme ne vieillit plus, elle ne pourra pas donner naissance, car pour qu’un enfant naisse, il faut que le foetus se développe durant 9 mois, c’est-à-dire qu’il viellisse durant 9 mois. Dans ce cas, la femme administrée par ces procédés d’immortalité, ne vieillira pas, alors comment l’embryon faisant partie intégrante de son corps va t-il vieillir?

    Si l’on applique un de ces procédés d’immortalité à un organisme simple tel la fleur, celle-ci ne fanera jamais quand bien même l’automne et l’hiver viendront! Alors que ces scientifiques rendent la fleur immortelle, après on pourra l’envisager pour l’homme.

    C’est ce principe qui révèle que l’homme ne deviendra pas immortel, tout simplement.

    Post a Reply
    • Vous confondez pereniité et momification.

      De plus, rien n’assure que le moi et l’esprit chageront et évolureont progressivement au fur et à mesure de nouvelles expérienceset de nouvelles neurones

      Post a Reply
  8. franchement j’ai pas le courage de lire tous les commentaires (et surtout pas le temps 🙁 ) mais je vais quand même exposer brièvement mon point de vue:

    la théorie de la machine c’est complètement sensé, AMHA il suffit de comprendre comment marche notre corps, d’en décrypter le langage pour nous ouvrir des millions de portes (« immortalité », tunning etc…)

    intéressant comme reportage

    Post a Reply
  9. Aujourd’hui, 23 janvier 2011, je viens de tomber sur se blog. Dommage que le sujet soit « mort ». J’ai beaucoup de choses à dire à cet égard.

    – Il ne s’agit pas d’immortalité qui est utopique. Il s’agit de vivre jusqu’à ce qu’on prenne soit même la décision de mourir. Avoir cette supprème liberté.

    – On ne peut pas anticiper ce que serait une société d’immortels (ou des hommes modifiés) qui vivent au milieu d’autres qui acceptent le déterminisme de la nature. L’homme s’adaptera et se construira de nouvelles réalités et de nouveaux idéaux. C’est déjà arrivé plusieurs fois dans l’histoire. Tout peut arriver, y compris l’arrivée de nouvelles philosophies, de nouvelles réligions, de nouvelles formes de se détruire ou de luter dans un mone devenu trop étroit. Mais ce n’est pas parce qu’il y a des êtres modifiés pour vivre jusquà ce qu’ils le désirent que les hommes s’arrêteront de mouir ou faire des enfants.

    – Ca effrait ceux qui ont besoin de repères et des parcours balisés, ceux qui ont été inscrits depuis l’enfance. Ecole, adolsescence, religion peut-être, étude, travail, famille, bobone, enfants, retraite, petits enfants, obseques, avec toute la ritualisation d’une vie faite de clichés. Mais ça enthousiasme ceux qui aiment la liberté et la création qui peut s’etendre au délà des paramètres fixées par la tradition.

    Il faut simplement les inventer, ça peut arriver vite.

    Post a Reply
    • @Sylvain : ravi d’être d’accord avec vous ! Votre intervention relancera peut-être la discussion…

      Post a Reply
  10. Bonjour,

    Je crois que ce que veulent réellement les humains est de vivre une durée de vie correcte, sans devenir fou, et surtout, protéger leurs enfants de tous les accidents et malheurs. C’est donc légitime.

    Toutefois, la volonté de certains est malheureusement le rêve utopique de devenir strictement immortel, d’avoir une vie infinie sans souffrir.
    Même s’il est, selon moi, très simple de réaliser l’immortalité que j’appellerai « charnelle », je n’en vois pas l’intérêt.

    Toutefois, parce que ceci doit être fait, pour qu’il y ai un Paradis et un Enfer, voici la piste de l’immortalité charnelle :
    Il suffirait de modifier génétiquement le corps humain pour qu’il produise des cellules souches à chaque fois qu’une dégradation du corps est faite, et qu’elle se dirigent à l’endroit donné. Bref, il suffirait d’un simple changement génétique dans le système immunitaire.

    Je préviens ceux qui voudraient se jeter dans cette aventure, l’immortalité se paye au prix fort : l’Enfer, et pas le mystique, le concret, le réel, non métaphorique.

    Être immortel, c’est devenir le cancer de la planète. Et tout le monde sait comment finissent les cellules immortelles d’un corps humain quand l’humain périt.

    Post a Reply
  11. Il y a t-il vraiment des gens qui sont pour l’immortalité humaine ?

    Post a Reply
  12. Il ne s’agit pas de se faire une piqure pour devenir immortel du jour au lendemain.

    Il s’agit de soigner un cancer par ci, réparer un organe par là, se faire mettre une petite prothèse par ci, changer cette prothèse par un organe réparé lorsque la science le permettra,etc.

    S’ajouter des petits segments de vie en plus à chaque fois qu’on en a envie.

    Et plus quand on n’a pus envie, laisser faire la nature.

    Bien sûr, les jeunes ont d’autres priorités que la longévité (pour l’instant) et voient les désirs de prolonger la vie comme les prétentions des vieux qui s’agrippent à leurs retraites et à leurs fortunes qui ne veulent pas lâcher. Et ce pour ça que les jeunes actuels râlent contre l’utopie d’immortalité.

    Mais ceux qui râlent aujourd’hui contre le progrès de la science seront les premiers à demander de l’aide demain lorsque l’échéance fatidique approche.

    Post a Reply
  13. Je trouve que vous avez raison en disant que l’immortalité n’arrivera pas du jour au lendemain et que ce que vous souhaiter n’est pas que les humains deviennent totalement immortel mais plutôt d’allonger notre durée de vie. Mais ne penser vous pas que les humains seront un jour capable de parvenir à devenir complètement immortel ?

    Je crois pour ma part que les technologies se développeront à un tel point qu’on y parviendra un jour(dans plusieurs années). Que pensez-vous de la totale immortalité ? Personne de mourra plus jamais? La mort deviendra-t-elle inconnue? Les humains vont-il un jour ne plus jamais souffrir? Ce sujet deviendra un sujet de débat très intéressant lorsque les technologies seront plus avancées, alors pourquoi pas en débattre tout de suite et s’entendre sur un plan d’action qui conviendrais à tout le monde?

    Post a Reply
  14. Je pense que l’immortalité biologique est possible, mais on mourra toujours d’accidents, meurtre, guerres ou suicide.

    Par rapport à la souffrance et au bonheur, les avancées de la science pourront soulager beaucoup de nos problèmes actuels, mais l’immortalité en créera d’autres.

    Post a Reply
    • Entièrement d’accord!!! J’ai lu tout ce qui a été dit! J’ai trouvé des choses extrèmement intéressantes au point que je vais m’en inspirer pour mon travail de maturité (séminaire) que je suis en train de réaliser! C’est vrai, on doit l’admettre, les progrès scientifiques avancent aujourd’hui à pas de géant! Et je trouve ça carément flippant si j’ose dire, mais c’est peut-etre comme tu dis Sylvain, cette idée de conservation, de tradition qui m’empèche de m’ouvrir vers ces technologies! Mais dis-toi que dans peu de temps, on ne pourra plus faire la différence entre « l’être humain » et les machines! Est-ce que tu pourrais vivre avec la notion que tu ne sois plus « naturel »? La nature nous a programmé, tous, sans exeption, comme des êtres mortels! Ceci doit bien y avoir ses raisons, notamment quand on immagine les conséquence polytiques, démografiques, et j’en passe, que cela pourrait avoir si l’homme devenait à être immortel. Je ne doute pas qu’un jour on puisse le devenir. Or je ne pense pas que cela soit bénéfique pour l’humanité, la faune ou encore la planète. Que des gens, naissant avec un handicape, puissent avoir la chance d’en être débarrasser par transplantation, par la cybernétique ou par régénération de cellules pouvant guérir les maladies rares ou les cancers, même à la limite autoriser ces nano-robots, serait raisonnable!Mais de là à être immortel en n’ayant plus de but dans la vie, en ayant plus de limite, je trouve cela insensé! Bien sûr on se dit tous parfois qu’on aimerait disposé d’avantage de temps, mais ceci est peut être simplement dû à une mauvaise gestion de soi-même (parle d’expérience car je suis sensé rédiger mon travail en ce moment au lieu de prendre parti à votre débat ^^). Comme le dit le philosophe Jean-Pierre Dupuy: » Il y a deux conditions de possibilité pour que la vie ait un sens : premièrement qu’elle ait une fin et deuxièmement qu’elle soit tissée de hasard. Donc si on veut éliminer la fin et si on veut éliminer le hasard, ben on élimine tout simplement le sens de la vie et du même coup le sens de la mort et le sens tout court. »

      Post a Reply
  15. Parce ce que vous êtes sympathique, je vais vous faire le meilleur cadeau de votre vie : c’est à dire, un conseil.

    Lisez « Serons-nous immortels ? » de Ray Kursweill et Terry Grossman.

    Post a Reply
    • C’est un très bon conseil ! 🙂

      Post a Reply
  16. La vieillesse est une maladie psychologiquement transmissible en voie de guérison. Accéder à ce que nous appelons l’immortalité est un état d’esprit, vivre l’instant présent nous place dans un état protégé où le temps n’a plus d’emprise. C’est un travail, le seul à mon avis qui mérite ce nom,le reste n’est qu’une succession de jeux d’exprésions pour nous permettre de l’affiner. Merci

    Post a Reply
  17. Toutes ces spéculations par rapport à la finalité de la vie et à l’insensé de la longévité, ainsi que les problèmes démographiques que ça va créer, etc., etc., etc., non pas de sens.

    Il faut arrêter de penser que la société sera uniforme, monothématique et robotisée. Le monde va changer, les gens choisiront les multiples options qu’on aura. Il y en aura qui aimeront se mettre de la ferraille dans le corps, d’autres qui préféreront les modifications génétiques, d’autres qui ne voudront aucun changement, il y aura ceux qui voudront des enfants in vitro, d’autres par voie naturelle et d’atres pas d’enfants du tout on ne sera pas moins humains pour ça.

    Il y a déjà des gens assez inhumains et robotisés à l’état actuel de l’humanité et les problèmes démographiques commencent déjà à exister même beaucoup avant l’ère de transhumanisme, à cause de ce narcissisme humaine de vouloir pérenniser ses gènes.

    Tous ces discussions sont des spéculations de science fiction. Attendons-voir. Je suis optimiste

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *