Une voiture en algues marines

Décidément Toyota cherche à devenir LE constructeur « vert » de l’industrie automobile. Tant mieux, surtout si cela en inspire d’autres. En ce sens, la firme nippone a l’an dernier, dévoilé son « 1/x plug-in hybrid concept ». Il s’agit d’une voiture hybride encore plus verte que la Prius. Mais Toyota souhaite encore aller plus loin sur ce modèle en remplaçant l’actuelle fibre de carbone de la structure par un bioplastique fait à partir d’algues marines.

auto-algues

Alors que nous approchons à grandes enjambées de la fin de l’ère pétrole, les bioplastiques apparaissent comme une voie raisonnable. Dans le cas de notre véhicule, il reste encore à améliorer les techniques pour rendre le matériau résistant et conforme aux normes de sécurité.  On ne devrait pas voir de voiture à base d’algues avant les années 2020. Mais, qu’un grand constructeur mondial tel que Toyota travaille sur le sujet est tout de même encourageant. Au moment où le secteur automobile est en crise, et qu’en France, l’État abonde en milliards pour tenter de sauvegarder un système basé sur des concepts automobiles dépassés, il serait grand temps d’investir ces milliards dans des technologies et des recherches d’avenir, tendant à être viable sur le moyen et le long terme, pour préserver (créer ?) des emplois non pas pour un an, mais pour des décennies ….

Source : Wired

Author: Matthieu

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *