Une carte d’identité blanche ?

Et si, en lieu et place d’une carte d’identité bleue au format incongru, nous possédions une carte toute blanche sans rien dessus ? Cette idée, surprenant de prime abord,  est le fruit d’Yves Deswarte, directeur de recherche au CNRS au sein de l’unité de recherche LAAS (Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes). Son projet a pour but de concilier identité et sécurité. Alors qu’avec une carte classique, il est facile de récupérer vos données personnelles pouvant entraîner une usurpation d’identité ou, à tout le moins, une utilisation frauduleuse de vos données, une carte totalement blanche est « inviolable ».

point_d_interrogation

Mais, si la carte est blanche, comment se fait le contrôle d’identité ? Blanche ne signifie pas qu’elle ne contient aucune information. L’idée est de créer une carte binaire, qui ne répond que par oui ou non aux questions relatives à l’identité ou aux droits de l’usager. Lors d’un contrôle par exemple, la question que se pose le représentant de l’ordre est : Monsieur X est-il Monsieur Y ? La carte fourni une réponse binaire : oui ou non. Pour justifier de sa nationalité aux frontières, un simple contrôle biométrique suffit. En comparant par exemple le test d’iris aux données contenues dans la carte, cette dernière pourra justifier que je suis Français ou non, sans dévoiler d’autres informations sur mon identité.

Une telle carte permettrait également de valider les paiements par chèque, les cartes d’embarquement dans les aéroports, inclure mes données de type permis de conduire. L’idée est de pouvoir prouver facilement que l’on possède tel ou tel droit ou telle ou telle condition sans pour autant donner d’autres informations personnelles. Autre avantage, en cas de perte ou de vol, cette carte est inutilisable car la comparaison avec vous devient impossible. De plus, une seule carte suffit pour remplacer de multiples documents, avec un cloisonnement entre les zones appartenant à différentes autorités (préfectures, associations, éditeurs, etc.).

Bref, je trouve l’idée très intéressante et je ne lui trouve, pour l’instant, aucun « défaut ». L’idée d’une carte qui ne répond qu’à ce qui est nécessaire au moment nécessaire me paraît être une tendance à creuser, d’autant que les technologies pour mettre en œuvre un tel projet existent déjà. Et si en plus cette carte est au format « carte de crédit », j’aimerais que l’on donne « carte blanche » à Yves Deswarte… ^^

Source : Identités actives

Author: Matthieu

Share This Post On

5 Comments

  1. Matthius nom de dzeus comment peux tu t’émerveiller de truc pareil ?
    J’avais lu l’extrait que je trouvais le défaut majeur de sa carte. T’es en famille deux cartes blanches sont posées sur la table, et ne me dis pas que ça n’arrive jamais ! :p
    Tu récupères comment la tienne ? Faut aussi avoir le lecteur chez sois ?

    Quand on aura finit de faire le tour de toutes les conneries existantes pour la sécurité et la vérification d’identité, carte à puce, capteurs biométriques -empreinte digitale, rétine, dent, température anale- , etc etc (lecture génétique comme dans bienvenue à Gattaca ? :p), on reviendra ptet au papier, c’était moins chiant.

    La concurrence des marchés aura apporté au XX-XXI siècle, le rendement total de l’imagination humaine pour trouver des arguments en faveur de truc dont le seul bon sens aurait suffit à s’en désintéresser :p . Ça marche pour tout. Exemple prenons une loi pondue de notre gouvernement. N’importe laquelle, ça marche pour toute. Le seul bon sens aurait suffit à l’écarter, et pourtant des arguments sont trouvés, et arrivent à convaincre des Français !

    Bon bah je crois que je suis en condition pour me rendre sur le billet « pour ou contre la légalisation du cannabis » :p

    Post a Reply
  2. Hé hé Aristote. On peut peut-être imaginer que tu puisses faire un petit gribouillis qui exprime tes grands talents de dessinateur afin que tu sois en mesure de reconnaître ta carte.
    Et je maintiens que je suis séduis par l’idée qui, à mon humble avis, serait une belle avancée dans les respect de la vie privée et la sécurisation d’une partie de ses données personnelles.
    En même temps, le mec qui te dit ça (moi) a un profil ouvert sur Facebook. Mais ce que j’aime, c’est pouvoir décider de la manière dont j’use de mes propres données.

    Post a Reply
  3. on peut aussi marquer son nom et son prénom sur la carte pour la reconnaître :p
    Et puis mettre une photo et son adresse pour être sûr héhé

    Post a Reply
  4. pas besoin du lecteur à la maison, suffit de dire « es-tu ma carte? » et là tu vas en tendre « non » « non » « oui » « non » « non »… 😀

    Post a Reply
  5. Les personnes à qui nous presentons nos Cni sont des fonctionnaires asermentés de l’état, qui de plus n’en ont rien à faire de qui nous sommes en dehors du contôle. Pour les autres, la présentation n’est pas obligatoire.
    Pour éviter l’usurpation d’identité, gardez la dans la poche!
    Par contre un format plus adapté comme celui de la carte de crédit serait la bienvenue! et une puce nous faciliterait la vie. Comme s’est actuellement le cas à Hong kong ou les residents passent les frontières en litteralement deux secondes grâce à un systeme du type navigo (sous l’oeil des douaniers bien entendu).
    et puis la carte blanche c’est peut être un peut tiré par les cheuveux nan? le risque de confusion est enorme et cela ressemble plus a du gadget; deja que nos anciens ont du mal avec le cable et internet…

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *