Le séquençage du génome bientôt grand-public ?

En 2001, séquencer le génome d’une personne coûtait des dizaines (centaines ?) de millions de dollars et mobilisait au moins 250 personnes. Aujourd’hui, on parvient à faire la même chose pour 250 000 $, ce qui encore beaucoup, trop.  Séquencer le génome d’une personne permet de mieux comprendre de quelles pathologies cette dernière souffre et de mieux cibler les éventuels traitements. Aussi, ce que vient d’annoncer Stephen Quake de l’université de Stanford va peut-être bouleverser le monde de la médecine dans les prochaines années. Il est parvenu à séquencer son propre génome pour 50 000 $ avec seulement 2 personnes.

genome

Pour y parvenir, il a utilisé une machine qui répond au doux nom de « Helicos Biosciences SMS Heliscope », un engin qu’il a aidé à concevoir et dont il assure la commercialisation à travers la société Helicos. Avec cette machine, il suffit d’une seule molécule d’ADN pour réussir le séquençage, contrairement aux milliers de copies nécessaires avec la méthode « classique ». Ainsi, seulement un mois, quelques dizaines de milliers d’euros et deux personnes suffisent à obtenir un génome complet à 95 % (ce qui est équivalent aux méthodes actuelles).  Mais les choses ne devraient pas en rester là puisqu’il semblerait possible d’avoir le même séquençage pour seulement 1000 $ d’ici quelques années. On en aura donc des choses à comprendre et à découvrir (où l’inverse) ….

Source : Futura-Sciences

Author: Matthieu

Share This Post On

4 Comments

  1. Ça nous apporterai quoi ?
    Je ne comprend pas trop..
    « Séquencer le génome d’une personne permet de mieux comprendre de quelles pathologies cette dernière souffre et de mieux cibler les éventuels traitements. »

    Ca voudrai dire que plutard a l’hôpital, on prélèvera une cellule d’adn ? et qu’on pourra soigner la personne de cette manière ? (en cas de maladie grave ?)

    Post a Reply
  2. Ca permet surtout de détecter et de mieux comprendre les pathologies génétiques et de pouvoir travailler sur les traitements géniques.

    Post a Reply
  3. Bah tu avais écrits 50 000$ mais même 1000$. Grand public ça sous entend que tout le monde peut se l’offrir, et je vois mal tout le monde déballer 1000$ pour savoir quoi, ses allèles * ? En fait je vois plus son utilisation pour séquencer rapidement des génomes de bactéries ou de levures par exemple, mais ça n’a rien de public.

    * Béwi, car en diagnostic on utilise/utiliserait des puces à ADN moins couteuses et surtout beaucoup plus rapide d’emplois. En fait dans la grande majorité des cas on se contente même de PCR encore plus rapide et moins couteux.
    Connaitre ses allèles c’est intéressant pour identifier une maladie orpheline (donc pas grand public ^^) ou alors comme diagnostique préventif. Si tu as 1000$ à claquer tu pourras savoir si tu es susceptibles ou non de développer certaine maladie, en l’occurrence il s’agira plutôt de cancer. Un concept séduisant qui plait au grand public, surtout outre atlantique vu que des tests similaires sont déjà commercialisés. En fait pour moi c’est pas éthique, pour plusieurs raisons. On prend l’exemple, on a trouvé une allèle qui rend susceptible l’apparition d’un cancer du sein. Donc la prévention, c’est de retirer les seins et généralement ovaire et utérus. C’est loin d’être sympa. Si pour cet allèle on sait que statistiquement 99% de la population porteuse de cet allèle développe un cancer au cours de leur vie, je dirais c’est une bonne prévention. Mais si c’est par exemple, 25%, c’est put être exagéré, une surveillance sérieuse suffirait. Bref c’est à l’appréciation du médecin (en l’occurrence il vaut mieux en voir plusieurs je suppose, pour se faire une idée plus concrète vu que les avis divergeront) et à celle du patient. Voilà pour l’exemple. Maintenant te prends pour superman, ton génome contiendra forcément un ou plusieurs allèles pourris. Je suppose que ça doit pas être facile pour les hypocondriaques de vivre avec une épée de damoclès au dessus de la tête, avec toutes les maladies qui sont susceptibles de t’arriver. Et là on arrive à l’autre point qui me titille la prostate.

    Dans les années 90, les scientifiques ont grosso modo, pensé que lé génotype c’était le déterminisme du phénotype, et ceci parce qu’on avait pas fini de séquencer le génome humain et de se rendre compte que finalement on avait pas tant de gènes que ça. Mais comme le dis Malcom dans Jurassique Parc (dont le film est tiré d’un livre écrit par Crichton ayant fait des études de médecine) « vous avez breveté les gènes avant de savoir ce que c’était » et c’est plutôt bien dit, je trouve. En gros le grand public s’est emparé des gènes, c’est un sujet de discussion quotidien. Mais comme y’a toujours un temps de latence, on trouve aujourd’hui que cette idée de déterminisme dans les gènes lorsque l’on lit les magazines ou émissions de notre quotidien. Ca me fait pester. Déjà parce que l’idée que notre séquence d’ADN détermine le reste de notre vie ça me fait gerber et en plus c’est totalement faux. On commence seulement à l’apprécier, mais les mécanismes de régulation du génome sont tellement nombreux et compliqués qu’on reste encore actuellement dans une bonne pénombre bien obscure. En plus si on adjoint que certaine régulation sont transmissibles de génération en génération via l’épigénétique, ça devient quelque chose de fou. En gros (attention exemple pourri et totalement pas parlant) t’as dix bouteilles, t’as soif, tu bois pas les 10 (t’as pas autant soif !) tu n’en bois qu’une. Bah pour le génome c’est pareil, c’est pas parce que t’as x gènes que tu vas tous les utiliser. Et c’est justement comment ces gènes sont utilisés qui détermine le phénotype et ça fait toute la différence. Et qu’est ce qui régule les gènes, l’environnement. Pour moi pour savoir si demain tu vas avoir une maladie ou pas, alors il est plus intéressant de connaitre son environnemen.

    Et pour en revenir au cancer, certaine régulations de gène sont à l’origine de cancer. Le but de futur thérapie c’est justement de changer ces régulations. En gros proposer l’ablation d’organe alors que peut être demain on trouvera un traitement par régulation de gène. Bien sûr entre temps tu pourrais développer le cancer en question …

    Bon je me suis un peu perdu au fur et à mesure, mais c’est vrai que le développement de « connaitre sont génome » est en pleine expansion et est un vrai businnes. Je comprends pas cet engouement, qui je pense, est du à une mauvaise information du grand public. Les conclusions que l’on fait sur les gènes sont quelques parts malsains, et de plus comment mieux vendre un produit en apitoyant le client du genre « voulez vous connaitre les potentiels maladies de vos enfants pour mieux les protéger » ?

    Ouais ouais ouais, je me suis vraiment perdu, mais y’a un fil directeur, à défaut d’être dans le texte il est dans ma pensée. Bref tout ça pour dire que claquer 1000$ pour obtenir des informations dont personnes peu raisonnablement en faire quelque chose (sauf peut être cas spécifique, donc revoir le paragraphe puce à ADN plus adapté aux cas spécifiques, ça n’est pas tout le monde qui peut s’offrir un tel luxe.

    Post a Reply
  4. @Aristote : Branche le mode « Twitter », limitation à 140 caractères !!!!! :-p Sinon, sur le fond, tu es sur Et-demain.com et ce genre « d’avancée » ne constitue pas nécessairement une réalité d’aujourd’hui mais des perspectives pour demain …..

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *