Et la voiture devient générateur d’électricité

Et si nous utilisions le mouvement de notre voiture pour produire de l’électricité ? Rassurez-vous, il ne s’agit de monter une éolienne sur votre toit mais de capter l’énergie du mouvement de votre véhicule grâce à des matériaux piézoélectriques capables de transformer le mouvement en énergie électrique.

Des chercheurs du City College de New-York travaillent actuellement sur le sujet en utilisant des bandes de plastique recouvertes de matériau piézoélectrique et teste les meilleurs endroits  pour générer le maximum d’énergie. Soyons clairs, il ne s’agira jamais d’alimenter un véhicule électrique avec ce genre de dispositif mais les chercheurs espèrent au moins être en mesure de recharger des petits équipements mobiles comme un téléphone portable. Pas spectaculaire mais c’est toujours ça de gagner en terme d’économie d’énergie fossile… D’autant que l’on peut envisager ce genre de dispositif pour les façades et les toits des bâtiments, profitant ainsi d’une énergie éolienne sans recourir à de lourds équipements.

Sources : l’Atelier, City College of New York

Author: Matthieu

Share This Post On

5 Comments

  1. ils ont pas l’air d’être nombreux les chercheurs ;o)

    Post a Reply
  2. 3 ! En même temps c’est expérimental dans le sens classe de physique de lycée… ^^

    Post a Reply
  3. en fait y avait un sous-entendu… ils sont trois donc pluriel :o)

    Post a Reply
  4. Je découvre ce blog intéressant.
    Après quelues km, une voiture sature sa batterie.
    Sans frais autre ue l’achat d’autre batteries, vous démarrez avec une batterie faible qui au retour servira à la maison avec un transformateur en 110 ou 220.
    Cela peut venir en complément d’éoliennes ou photovoltaïque.
    Avant d’avoir « le jus », ma maison au Brésil, était éclairée en 24 v de cette façon.
    Celui ui fait des km chaque jour a là, un bon moyen de rentabiliser.
    Autres sujets de discussion si vous me contacté.

    Post a Reply
    • Rendement ?

      Une voiture qui roule consommera toujours plus d’énergie fossile que la quantité d’énergie électrique récupérée.

      Le système n’est valable que si il n’y a pas de consommation de carburant et ce, sans doute sur le long terme.

      Avant de rêver, il faut déterminer le « retour sur investissement », le coût de l’entretien, et la durée de vie de l’ensemble (batteries, comprises). Un très bon « retour sur investissement » est inférieur à 2,5 ans.

      Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *