Aeon, la réalité augmentée dans la voiture de demain

Quand on regarde les oeuvres de science-fiction du siècle précédent, nous étions imaginés, nous habitants du XXIe siècle, aux commandes de voitures volantes, à communiquer par la pensée et à bouffer des pilules nutritives. Bon, heureusement, nous continuons à prendre plaisir à manger. Pour le reste, la communication par la pensée n’est pas pour tout de suite même si des systèmes de contrôle par la pensée se développent et nous roulons toujours avec d’affreux moteurs à combustion sur d’affreuses routes faites de bitume (ah, pétrole….). Mais personne n’avait prédit l’ère du numérique dans laquelle nous vivons et les révolutions culturelles, comportementales et même sociétales que cela engendre et que personnellement je trouve formidables ! Pour en revenir à la voiture, même si celle-ci n’est pas prête de voler pour tout le monde (encore que), elle ne va rester en reste côté innovation, notamment grâce à la réalité augmentée.

La vidéo qui suit présente le projet Aeon, en collaboration avec Dassault Systems et qui laisse entrevoir certains usages possibles de la réalité augmentée embarquée.

Je ne suis pas convaincu par le volant (que le monsieur ne tourne pas d’ailleurs !) ou l’aspect « voyage futuriste » mais pour ce qui est du pilotage automatique et de la réalité augmentée, c’est intéressant.

Source : Michaël Harboun

Author: Matthieu

Share This Post On

2 Comments

  1. Quand on voit les SF d’hier, tout le monde avait un foyer avec plusieurs robots chargés du ménage, tant et si bien qu’il ne restait plus que les loisirs pour s’occuper. Les voitures ne se déplaçaient plus sur la chaussée, et on partait conquérir le reste de l’univers. Tout ça dans une ambiance très kitsch particulièrement savoureuse avec notre regard extérieur d’aujourd’hui. Et puis courant les années 90, la SF a muté. Les space opéra ont passé la main aux distopies, des mondes décrits sont ravagés écologiquement, avec des rapports sociaux agressifs et inhumains. Les questions sur la bioéthique et sur la surconsommation sont des thèmes récurrents.

    Et pour ce qui est de la communication, je pense que le terme est de plus en plus impropre. Sur internet on ne communique pas, on s’instruit et on échange des informations, mais il n’y a pas de communication. Il suffit d’aller sur n’importe quel forum pour y voir le genre de discussion « troll » typique. Et dans la réalité, on n’a peut être jamais moins communiqué qu’aujourd’hui. On ne se connait pas les uns les autres, et pire on se méfie des autres, surtout si l’autre est quelqu’un d’atypique (aux choix vêtements étrange/voix forte/démarche bancale) et potentiellement dangereux.

    Alors comme dirait George Abitboll avant de mourir « monde de merde ».

    Post a Reply
    • Eh oui, rien ne sert pourtant de s’acheter des sous-pulls chez Yohji Yamamoto…

      Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *