Airbike, le vélo qui s’imprime

On n’arrête pas le progrès. Après la nourriture et les poumons, c’est au tour des vélos de s’imprimer. Oui, oui, de s’imprimer ! L’Airbike est le fruit des travaux d’un laboratoire d’EADS plus connu pour ses Aribus (d’où le nom d’Airbike d’ailleurs) que pour ses vélos. Pour fabriquer ce vélo fait en poudre de polyamide (nylon), les ingénieurs ont d’abord modélisé l’engin en 3D à l’aide d’un ordinateur. Ensuite, ils ont utilisé une sorte d’imprimante 3D qui crée l’objet via une multitudes de petites couches empilées les unes sur les autres et formées par un rayon laser.

Au final, le vélo est aussi résistant qu’en modèle semblable en aluminium mais en étant 65 % plus léger ! Les intérêts d’une telle technologie sont donc indéniables car en allégeant le poids, on peut réduire d’autant la consommation en carburant et donc les émissions de gaz polluants si on l’appliquait à des avions par exemple. Et si bien entendu, ce n’est pas la première imprimante 3D du monde, c’est en tout cas inédit pour un objet de cette taille. Toujours est-il que tout cela reste extrêmement coûteux et qu’il faudra attendre encore quelques années avant que ce genre de technique devienne réellement accessible….

 

Source : EADS

Author: Matthieu

Share This Post On

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *