A quand le télétravail ?

Aller travailler ressemble de plus en plus à une aberration économique, écologique et sociétale. Vous ne voyez pas pourquoi ? En fait je ne parle pas du fait de travailler mais du fait d’aller au travail. Chaque jour, et particulièrement dans les grandes villes, des millions de personnes passent des heures dans les embouteillages, dans les transports en commun, à s’énerver, à stresser, à fatiguer et à arriver souvent en retard. J’ai la chance de travailler à quelques mètres de mon domicile, mais je suis un chanceux ultra-minoritaire.

Ce qui rend la chose encore plus aberrante est que pour la plupart d’entre-nous, nous allons sur notre lieu de travail pour allumer notre ordinateur et travailler dessus le plus clair de notre temps ! Tant de stress, de fatigue, de temps perdu pour aller bosser sur un ordinateur… Pas convaincu ? Regardez la très belle vidéo suivante :

Cette vidéo est l’oeuvre de l’équipe de www.neo-nomade.com, un site, un blog et un lab qui tournent autour du télé-travail, un concept qui a de l’avenir tant il permettrait des bénéfices notoires. Des bénéfices économiques (moins de dépenses de transport, moins d’usure des équipements, moins de retards, …), des bénéfices écologiques (moins de C02 et de pollution, …) et des bénéfices de santé (moins de stress, de fatigue, …).Si le télé-travail n’est pas compatible avec tous les emplois, il pourrait tout de même concerner nombre d’entre-nous, de manière totale ou partielle. Si je prends mon cas, je pourrais facilement imaginer télé-travailler quelques demies-journées par semaine. Et vous ?

Author: Matthieu

Share This Post On

5 Comments

  1. Le télétravail a de grands avantages, mais :
    – Télétravailler en permanence n’est pas donné à tout le monde. Énormément de gens finissent par se trouver socialement isolés et le supportent mal. C’est même de ce constat que sont nés les centres de télétravail.
    – L’alternative, c’est le télétravail partiel, mais il pose, du coup, le problème de l’organisation des transports (abonnement aux transports en commun moins rentable, véhicule moins utilisé donc revenant plus cher, …).

    De l’autre coté, l’entreprise doit évoluer aussi, et pour un télétravailleur partiel, le gain n’est pas immédiatement perceptible (il faut toujours un bureau, …)

    En bref, le chemin est encore bien long 🙂

    Post a Reply
    • certes, mais on pourrait déjà commencer par ceux qui ont envie et qui peuvent 🙂

      Post a Reply
      • ça fait 3 ans que j’y suis… et en tant qu’indépendante, je ne me sens pas isolée du tout. Tout est question de caractère… je ne voudrais plus changer ma manière de travailler, qui est beaucoup plus efficace et rapide…

        Post a Reply
    • Bonjour et merci pour votre article!

      Le but de cette vidéo est effectivement de soulever des questions quant à nos modes de vies. Il n’est pas de dire que tout le monde devrait rester chez soi, loin de là!

      @Spyou : vous avez raison de soulever l’isolement que peuvent ressentir certaines personnes en télétravaillant à domicile. C’est en partant de ce constat que nous avons créé le site neo-nomade.com. Nous référençons des « tiers-lieux » qui ne sont ni le bureau de l’entreprise ni le domicile, mais des télécentres, des coworkings… des solutions alternatives qui permettent plus de flexibilité tout en recréant du lien social.

      @nané : Beaucoup d’indépendants confirment que les craintes qu’ils avaient du télétravail n’étaient pas toujours fondées. Nous serions ravis d’en savoir plus sur votre expérience. Travaillez-vous à domicile? Comment vous organisez-vous pour gérer votre temps de travail, pour conserver une séparation avec votre vie privée?

      Post a Reply
  2. Certes, c’est plein d’attraits, le télétravail. Une heure de plus au pageot, plus d’embouteillages, etc… Mais outre l’argument d’isolement social évoqué par Spyou, je pense que ce n’est pas pret à entrer dans l’esprit « corporate » des entreprises françaises (grosses et moyennes).
    C’est qu’il faut pouvoir contrôler son salarié (syn : subordonné). Ou alors, il faudrait accepter de le subir sous forme de travail en « résidence surveillée », avec une caméra reliée à un centre de contrôle au coeur de l’entreprise.

    Ne travailler pour personne et ne faire travailler personne, voilà la secret de la liberté. (Elias de Kelliwic, Kaamelott livre V ^^)

    Post a Reply

Submit a Comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *